Pierres de Rêves : le blog d'Emmanuel GLEYZE

« Reste à étudier la nature des pierres, domaine où se manifeste le mieux la folie des mœurs humaines... » Pline L'Ancien, Histoire naturelle.

Le château de Guédelon : la visée pédagogique

Le château de Guédelon, en Bourgogne, a plus de 20 ans. Ce projet d’archéologie expérimentale monumentale en cours, vise à construire un château fort, avec les matériaux et les techniques du Moyen Âge. Il attire plus de 300 000 visiteurs par an. Le public enfant y est largement sollicité. Imaginez un gamin découvrant le chantier pour la première fois et accompagné par ses parents ou un professeur d’histoire… Ce billet vise à proposer une analyse de cette dimension essentielle du projet : la visée pédagogique et le public enfant à partir du regard sociologique.

Vue aérienne du projet Guédelon

L’initiateur du projet, Michel Guyot, le soulignait déjà à l’occasion de l’inauguration du chantier en mai 1998  : après une première finalité du château à dimension scientifique et archéologique (voir notre billet), les deux autres dimensions sont les finalités pédagogique et humaine : 

« Le volet pédagogique : je peux vous dire qu’on a fait défiler, pour faire un test, quelque deux cents enfants sur le site, pour voir quelles étaient leurs réactions. Ils étaient tous émerveillés, ils n’ont jamais vu [ça] (…). Là, ils vont sortir, ils auront appris quelque chose, ça contribuera à leur connaissance, à leur développement intellectuel, et de manière vivante (…). Et puis humain : le challenge, il est aussi là. C’est de montrer qu’à l’aube du XXIesiècle, on peut monter une véritable entreprise culturelle, qui raconte l’histoire de notre civilisation, de notre nation, à l’époque où l’agriculture se casse complètement la figure, on a tendance à tout oublier, le passé, le geste ancien, etc. Là, on le ressuscite de manière vivante. À travers toutes les activités, où toutes les activités sont au service du chantier : vous allez voir, le forgeron fait des clous pour le chantier, les essarteurs font de la planche, du charbon de bois, de la charbonnette pour le chantier, etc., le cordier fait la corde et graisse la corde pour le chantier. C’est comme ça. On souhaite qu’il y ait du public, mais si il n’y en a pas, le chantier continue.«  

    Le ton est donné : les volets pédagogique et humain sont au cœur de l’entreprise, avec une dimension vulgarisatrice ouverte notamment vers les publics enfants, et un volet humain et même social quasi militant… Ce sont ces différents aspects que je vous propose de parcourir maintenant, en commençant par le public enfant, au cœur de la diffusion de Guédelon. 

Guédelon, comme centre de diffusion culturel ?

Le public enfant en chiffre

Les enfants sont des publics particulièrement importants pour le chantier : pratiquement la moitié des groupes enfants viennent par exemple des Écoles, et pour un cinquième des Collèges. En 2004 par exemple, les entrées payantes enfants en individuels, plus les entrées payantes « groupes enfants », représentent environ 88 000 entrées sur plus de 221 700 entrées payantes totales. En 2005, il y a sur plus de 245 200 entrées, 38 060 entrées enfants en individuels et 58 860 entrées groupes enfants, soit 40 % du total des entrées que représentent celles des enfants. Si pour cette même année, les lycées représentent presque 3 %, les collèges arrivent facilement à 23,5 % et les écoles à presque 46 % ! En 2005, ces publics en groupes viennent essentiellement des départements limitrophes : la Seine-et-Marne, l’Essone, le Loiret, le Val-de-Marne et bien sûr l’Yonne (ce sera la même origine pour les groupes adultes, le Val-de-Marne sera remplacé par la Côte d’Or).

Animal imaginaire ? Loge des tailleurs de pierre Guédelon. Photo E. Gleyze

Une politique délibérée

Guédelon a vraiment une politique d’ouverture vers ces types de publics, avec des fiches pédagogiques pour les enseignants et des exercices téléchargeables sur Internet, des parcours de visites spécifiques selon les âges, des ateliers où les enfants pratiquent, etc. Mais aussi une littérature qui s’adresse à eux, des jeux qui sont aussi relayés par des revues de vulgarisation historique, extérieures au chantier et en partenariat avec lui…[1]cette diffusion de la connaissance passe par une vulgarisation de l’histoire, le goût du Moyen-Âge, l’explication des métiers et des techniques, la diffusion du savoir géométrique et mathématique par l’exemple du chantier, l’imaginaire du Moyen-Âge, etc. : Guédelon est un vaste terrain de jeux à la fois sérieux et ludique de diffusion de la connaissance. Nous allons aborder ce volet pédagogique enfant, avant de passer à la visée pédagogique de la visite guidée tout public dans un prochain article… 

La préparation en amont…

La visée pédagogique pour les enfants est intéressante : elle se prépare en amont, par des fiches techniques pour les enseignants, des livrets pédagogiques ou guides de visite, et se matérialise sur le terrain. Le château sert de décors, mais pas que… le château, les ateliers, la pierre, le bois, etc. permettent une orientation dans la connaissance concrète et un apport en savoir théorique.

Photo d’un atelier à Guédelon, octobre 2006, photo E.Gleyze

   Prenons l’exemple de la lettre numérique « Trop fort le château ! »[2]qui est destinée aux enseignants. Sur une page, avec quatre publications pour l’année 2012, elle se divise en plusieurs parties : les travaux actuels (photos et noms des parties du château, actualités des évolutions du château en texte) ; « L’actu du Moyen-Âge » sur les différentes monnaies du Moyen-Âge ; « L’A, B, C du château », avec des définitions architecturales du lexique de Guédelon ; « Un peu d’architecture », avec le château philippien comme modèle pour Guédelon ; le « à toi de jouer, fiche pratique numéro 20 » qui permet à l’enseignant, en classe, de faire faire un exercice à partir à partir de la Fiche pratique n° 20[3]attachée à cette lettre ; enfin, une rubrique « Visiter Guédelon en 2013 », qui permet d’avoir des éléments pour visiter Guédelon concrètement. Cette lettre et sa fiche pratique associée se répondent mutuellement. Sur la première il est écrit : « Lis bien les définitions des différents éléments d’architecture et réécris-les dans le tableau selon qu’ils servent à défendre ou à attaquer le château. » Ce texte permet notamment à l’enseignant de donner en classe les instructions pour que chaque élève fasse l’exercice directement sur la fiche pratique… Ces deux documents permettent la préparation de la visite in situ, mais aussi de suivre le chantier après la visite, ainsi que de diffuser des connaissances sur le chantier en pleine génération et des connaissances sur le Moyen-Âge. 

Gravure d’un tailleur de pierre, octobre 2006, sur le chantier de Guédelon. Photo E. Gleyze

Les différents types de visite « enfant »

    Les visites possibles des enfants, quant à elles, prennent plusieurs formes : comme l’explique la brochure pour les visites enfants cette fois en 2017 (« Visites éducatives 2017, brochure pour les scolaires et les groupes enfants »), le chantier est « un espace propice pour les enseignements pratiques interdisciplinaires ». Guédelon s’y présente comme « un véritable livre d’histoire à ciel ouvert ». Les visites s’y déclinent en trois possibilités : les visites libres, les ateliers pédagogiques et les parcours pédagogiques. Les visites libres avec un adulte (les enseignants eux-mêmes ou les accompagnants), sont ouvertes à tous les âges. La possibilité est offerte de visiter le moulin hydraulique de Guédelon, avec un parcours sur la faune et la flore en forêt, puis le moulin, avec des explications de cette réplique et la possibilité d’avoir des connaissances sur la transformation du blé en farine, par exemple. Les connaissances sont donc multiples : historique, technique, environnementale. Les ateliers, quant à eux, sont nombreux : ceux pour les cinq-sept ans (« 1, 2, 3… pierre, terre, bois », « Atelier carreaux de pavements ») et pour les plus de huit ans et les plus de onze ans (« Atelier taille de pierre » et « Atelier du trait »). Une somme de connaissances y est diffusée : pratiques, créatives, sensibles, historiques, motrices, savantes… 

Lire la suite ? J’ai eu le plaisir d’écrire un livre aux éditions des PULM sur le projet Guédelon : L’Aventure Guédelon

    Enfin les parcours pédagogiques, avec des dimensions historiques et une connaissance sur le projet lui-même et sur les savoir-faire, les métiers, pour les plus de huit ans. Des fiches pédagogiques viennent également compléter ces visites, avec des propositions d’ateliers pratiques à disposition sur le site Internet de Guédelon, à faire en classe, à partir de différentes disciplines : mathématiques, histoire, arts plastiques, sciences, français, etc. (visite du 20/01/2018). Pour terminer, des classes médiévales autour de Guédelon existent aussi, en partenariat avec le chantier, en lien avec différentes structures d’accueil et lieux de visites locales.

Conclusion

Autant dire que la diffusion de la connaissance du Moyen-Âge et la visée scientifique ne sont pas les seules de l’entreprise. Et si la visée pédagogique permet en même temps le développement de la visée commerciale, les dimensions pédagogiques sont extrêmement riches et variées à Guédelon et passent aussi par de la pratique : savoirs et savoir-faire sont diffusés et captés par les enfants, augmentant et expériençant leur stock de connaissances. Le projet Guédelon pose la question de savoir comment attirer les publics enfants dans un monument ? Comment proposer une pédagogie différente (« grandeur nature ») ? Comment apprendre l’histoire, la géométrie, etc. au 21e siècle ? Élargissons maintenant notre public vers la visite guidée grand public, pour entrer dans d’autres subtilités encore de la visée pédagogique. (Suite dans le prochain post…).  

L’imaginaire du château de sable est diffusé très tôt dans l’éducation des enfants contemporains

[1]Littérature jeunesse : Danielle Martinigol, Le maître-chêne, Chambéry, Éditions ActuSF / Guédelon, coll. « Aventures à Guédelon », 2016 (Deuxième volet de cette trilogie). Ou la revue Arkéo, n° 238 (« Comment construire un château fort ? Découvre le chantier de Guédelon ! »), Éditions Faton, Mars 2016, pour les enfants à partir de sept ans, par exemple. 

[2]« Trop fort le château ! La lettre des enseignants », Guédelon, n° 20, novembre 2012.

[3]« À toi de jouer. Fiche pratique numéro 20, éléments de défense ou d’attaque du château fort », Guédelon, n° 20, novembre 2012.

6230cookie-checkLe château de Guédelon : la visée pédagogique

Au Suivant Poste

Précedent Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 Pierres de Rêves : le blog d'Emmanuel GLEYZE

Thème par Anders Norén