Pierres de Rêves : le blog d'Emmanuel GLEYZE

« Reste à étudier la nature des pierres, domaine où se manifeste le mieux la folie des mœurs humaines... » Pline L'Ancien, Histoire naturelle.

Quelle est la signification des signes lapidaires au Moyen-Âge ?

Je viens de répondre par courriel à André qui me pose la question suivante : « Il m’a été dit que les signes lapidaires ne servaient pas à payer les compagnons mais que ces signes avaient une autre fonction. Qu’en est-il ? »

Juillet 2020, Abbaye de Sylvanès, abbaye Cistercienne du XII-XVIIe siècle, photo : Emmanuel Gleyze

Au Moyen-Âge, il y a 5 types de signes lapidaires, d’après l’historien François Icher (Les oeuvriers des cathédrales, éditions de la Martinière, p. 95) :


– La marque du tâcheron, est celle que vous évoquez : payé à la tâche,  (d’où le nom de « tâcheron »), le tailleur de pierre devait apposer sa marque personnelle sur chaque pierre travaillée. Le maître, chargé de vérifier l’exécution et la qualité du travail, pouvait ainsi payer chacun en fonction de l’ouvrage accompli. Souvent, ces marques sont sous la forme de figure géométrique simple. Donc elles existaient vraiment. 

– La marque dite de positionnement : A ne pas confondre avec les précédentes, elles sont généralement sous la forme de petites équerres gravées, des croix, des flèches indiquant le sens de la pose, elles sont inscrites sur la face incorporée à la maçonnerie et, de ce fait, peu visibles. 

Signe lapidaire, Juillet 2020, Abbaye de Sylvanès, photo : Emmanuel Gleyze

 La marque de provenance : certains édifices comportent des pierres qui possèdent sur une de leurs faces (celle également incorporée à la maçonnerie) des marques qui évoquent ici l’origine géographique de la pierre utilisée. Ces marques permettaient de distinguer (et donc de rémunérer) les différentes carrières et, partant, de sérier les pierres sur le chantier en fonction de leur provenance. 

– La marque du maître : Délivrée au sculpteur ou au tailleur de pierre par ses pairs, ce signe lapidaire permet de signer les pièces les plus importantes de l’ouvrage réalisé. Cette marque est incessible et définitive durant toute la vie du tailleur de pierre. La plupart de ces marques, comme à Strasbourg, s’articulent autour du nombre 4 (4 couronnés, 4 grande loge pour l’Empire, etc.). Ces marques semblent dessinées une logique propre entre elles.

Juillet 2020, Abbaye de Sylvanès, abbaye Cistercienne du XII-XVIIe siècle, photo : Emmanuel Gleyze

– Le signe d’honneur : En réalité, il s’agit d’une marque accordée au maître lorsqu’il était compagnon tailleur de pierre. Cependant cette marque a été transformée en blason, en écu, devenant ainsi de véritables armoiries gravées sur la pierre. 

Cinq significations différentes donc

Abbaye de Sylvanès, juillet 2020, photo : Emmanuel Gleyze
14060cookie-checkQuelle est la signification des signes lapidaires au Moyen-Âge ?

Au Suivant Poste

Poster un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2021 Pierres de Rêves : le blog d'Emmanuel GLEYZE

Thème par Anders Norén